Devil Angel
Connectez vous et accédez à tout notre contenue Smile
Ce forum peut avoir du contenu qui pourrait choquer les personnes non averti.

Dédales et labyrinthes ou les symboles de l'âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

16012010

Message 

Dédales et labyrinthes ou les symboles de l'âme








L'origine du symbole du labyrinthe


Les premiers exemples connus de labyrinthes se trouvent tous dans le bassin méditerranéen, surtout en Europe. D'origine grecque, le mot « labyrinthe » se réfère au mythe du « labyrinthe de Crète » construit par Dédale pour le Roi Minos afin d'enfermer le monstrueux Minautore. Nul n'a trouvé le site géographique précis de ce labyrinthe encore que plusieurs le reconnaissant dans les grottes de Gortyne, en Crète.
Les premiers labyrinthes symboliques prennent souvent la forme de gravures sur pierre, qu'il est difficile de dater avec précision. Ceux de Pontevedra, en Espagne, pourraient remonter de 900 à 500 av. J.-C., ceux de Val Camonica en Italie, de 750 à 550 av. J.-C. . Un labyrinthe gravé a l'entrée d'une tombe creusée dans le roc à Luzzanas, en Sardaigne, pourrait même remonter à 2500-2000 av. J.-C. S'il est contemporain de la tombe et non un ajout ultérieur. Le symbole du labyrinthe se retrouve également sur les tuiles, des poteries, des tablettes d'argile, des pièces de monnaie et des sceaux, ainsi que sur des mosaïques tous objets datés entre 1300 et 250 ap. J.-C. Et dans tous les pays méditerranéens. Nous le retrouverons plus tard en Europe du Nord, mais aussi en Inde, en Afrique et sur le continent américain.


Le labyrinthe et la mort


Tel que nous le connaissons aujourd'hui, le labyrinthe se présente comme une devinette: le choix offert par les différents chemins dans un labyrinthe de verdure, par exemple, propose un voyage passionnant et parfois effrayant de l'entrée jusqu'au centre. Les premiers labyrinthes n'offraient qu'une seule solution pour parvenir au coeur et prenaient la plupart du temps la forme de dessins gravés sur la pierre ou sur la céramique. Les petits dessins de dédales tels que ceux des Indiens Hopis, ou même le labyrinthe de Crète, symbolisant peut-être des constructions plus grandes, réelles ou mythiques. Plus anciens encore sont les labyrinthes égyptiens, comme celui de la tombe du roi Perabsen (vers 3400 av. J.-C.), ou les dessins trouvés sur des sceaux égyptiens.
On considère généralement que l'histoire des labyrinthes s'étend sur 5000 ans, ce qui rend ardue la tâche de rassembler et d'interpréter les indices permettant de retrouver leur forme d'origine et leur signification. Mais il est clair que ce symbole est en relation étroite avec la mort, comme en témoignent la tombe de Perabsen et la tombe de Luzzanas. De plus, les labyrinthes circulaires offrent des ressemblances avec les spirales gravées sur les tombes préhistoriques, comme la délicate triple spirale visible dans la tombe à couloir de Newgrange, en Irlande. Si le labyrinthe était bien symbolique de la mort, il pouvait également symboliser la renaissance, car si l'âme peut cheminer tortueusement vers le coeur du labyrinthe, elle peut suivre le même itinéraire pour en ressortir.
Ce lien entre le labyrinthe et la mort a été bien résumé par Michael Ayrton (1921-1975), sculpteur et écrivain, qui passa deux ans dans les monts Catskill, aux USA, à reconstruire en briques et en pierres le labyrinthe de Crète. Dans son roman autobiographique, que le Constructeur de labyrinthes, il écrivait: « la vie de chaque homme est un labyrinthe au centre duquel se trouve sa mort, et même après la mort peut-être passe-t-il par un ultime labyrinthe avant que tout ne soit terminé pour lui ».

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum